Paroisses


Septembre 2020

 

 CÉLÉBRATIONS LITURGIQUES


 Vous pouvez suivre tous les jours de la semaine sur KTO la messe depuis l’église Saint Germain de Paris à 18h15.

Vous pouvez également suivre la messe du dimanche à 11h00 sur la « Une » ou « France 2 »

 

Chapelet sur KTO à 15h30

Pour enrichir notre Foi ! 

Depuis le 2 septembre, les abonnés à la télévision de Télénet ont la possibilité d’accéder gratuitement à tous les programmes de KTO sur le canal 36.  Dorénavant, KTO TV est donc disponible sur : canal 36 de Télénet, canal 215 de Proximus, canal 144 de VOO, canal 94 de SFR et sur canal 98d’Orange !   Et pour ceux qui n’ont pas la TV ou Internet, il y a RCF radio sur Namur 106.8.                 

Namur Nord


Clic image ci-dessous pour l'agrandir

õ õ õ

 Les Amis de Lourdes du comité de Namur

« Je désire qu’il vienne ici du monde en procession »,

Depuis 1913,  Les Amis de Lourdes du comité de Namur  répondent à l’appel de  la très Sainte Vierge à Bernadette : « Je désire qu’il vienne ici du monde en procession »,
Avec dévouement une quarantaine de zélateurs vendent la carte de soutien de 5€.

Si vous désirez mieux connaitre notre association, vous pouvez prendre contact avec Madame Catherine Tihon-Guillaume (Secrétaire) 0474 42 49 87, Rue des Faucons, 21   5004   Bouge 
Notre guide spirituel est l’Abbé Pierre Gérard. 

Namur Centre



Paroisse Saint-Jean-Baptiste et Saint-Loup de Namur - Septembre 2020

Madame, Monsieur, Chers Amis,

 

Merci de trouver en annexe la feuille pour septembre de la paroisse St-Jean-Baptiste & St-Loup de Namur. Avec :

 

un rappel de l'Enquête/Consultation en vue de la toute prochaine élection d'un nouveau Conseil paroissial,

 

un partage de souvenirs de Georges Lenselaer, doyen d'âge de notre paroisse, du journaliste Yvon Lambert, de Jeanne Minette-Lafontaine, du père Joseph Moingt et de dom Pedro Casaldaliga, décédés cet été, ainsi que des leçons de Nelson Mandela et de religieuses de Québec solidaires des soignants des victimes du Covid-19.

 

Bonne lecture ! Et bonne reprise en ces temps toujours difficiles !

 

En n'oubliant pas le peuple du Liban et spécialement les survivant-e-s des terribles explosions du 4 août à Beyrouth et aussi les risques que sont pour l'humanité les armes nucléaires, 75 après les explosons d'Hiroshima et de Nagasaki, comme cela a été rappelé lors des célébrations paroissiales du mois d'août.

Namur Meuse




« Prenez soin de vous ! » Depuis quelques jours, cette formule a souvent remplacé l’ « au revoir » que l’on s’adressait lors d’une poignée de main de départ, ou le « Bien à vous » que l’on glissait à la fin d’un mail. Dans certains coins de Wallonie, on disait hier : « Allez, que ça aille bien ! ». Désormais, on en est au stade de l’injonction : on donne à ceux que l’on connaît l’ordre de se soucier d’eux-mêmes. Ce n’était pas très courant dans notre culture, alors que le Take care of yourself  est, de longue date, une banale formule de politesse anglo-saxonne. Avec une différence de taille entre les deux situations : alors que l’expression américaine relève des conventions sociales, la formule française, moins usitée, semble utilisée avec plus de conviction. Comme si, d’habitude, on ne prenait pas soin de soi.

Certains y ajoutent même l’adverbe “bien”, confirmant que se soigner ou se protéger n’est pas souvent notre premier souci. Ou que cette fois, non contents de nous préoccuper “un peu” de notre sort, nous devons vrai- ment le faire fortement, avec conviction.

Pourtant... N’a-t-on pas souvent l’impression que, dans le monde d’aujourd’hui, le premier souci de nos congénères est, naturellement, de se soucier d’abord d’eux-mêmes ? L’individualisme contemporain n’est-il pas à la base de nombreux comportements où il s’agit en priorité de tenir compte de soi, de son propre sort, et de sa propre situation ? La crise actuelle ne le dément pas : tout le monde a comme premier réflexe de vouloir se sauver ou s’en sortir soi-même. Quitte à vider les rayons des supermarchés, et tant pis pour les autres. Ou à se plaindre de l’imposition de mesures d’urgence qui risquent de faire baisser les revenus, ou rendre plus difficile la gestion de la vie quotidienne. Sans oser toutefois aller jusqu’à dire, du moins à haute voix, qu’à titre personnel on estimerait qu’il aurait mieux valu ne rien faire.

On ne se permet donc pas tout... Parce qu’il n’y a désormais plus seulement à prendre soin pour soi. Mais qu’il y a aussi les autres. Et qu’en pareille circonstance, tout le monde est dans la même chaloupe. Si le bateau coule, les préséances de jadis voulaient qu’on laisse les femmes et les enfants monter les premiers dans les barques de sauvetage. Mais une fois tout le monde grimpé dans le radeau, le sort des uns devient lié à celui des autres. Un mouvement de travers, trop de monde d’un côté... et c’est toute l’embarcation qui coule.

Même s’ils poussent à certaines occasions à l’égoïsme, les moments de crise collective obligent à prendre conscience de notre état d’interdépendance. Bien sûr, certains ont pu, par exemple, partir en vacances dans des zones infectées sans se préoccuper de l’éventuelle conséquence que cette exposition pourrait ensuite avoir sur leur entourage proche ou lointain. Mais cela appartient au passé. Chacun, ou presque, s’efforce maintenant de pratiquer des actes de prévention qui permettront de s’éviter le pire, mais aussi de l’écarter des autres. Et les autres en feront de même, eux aussi tout autant pour eux que pour le reste de la population. Du moins peut-on l’espérer, en souhaitant que les comportements asociaux deviennent exceptionnels.
 Ce n’est pas sans raison que l’actuelle campagne médiatique de prévention, surgie bien tardivement, conclut son spot radio-tv par le slogan : « Prenez soin de vous, mais aussi des autres ». En liant toutefois les deux morceaux de phrase par un “mais”, et non un “et”. Ce qui prouve que, finalement, ce souci altruiste n’est sans doute pas aussi évident qu’on rêverait qu’il le soit. À méditer à la veille de la Semaine sainte, où un homme a un jour donné sa vie... ■

Frédéric ANTOINE

Rédacteur en chef


Rejoignez la page Facebook "L'Abbaye Notre-Dame du Vivier …  de Marche-les-Dames

Cette proposition vous est faite avec l'autorisation d'un responsable de la page FB. Merci de faire un clic "image"...

 Ci après les informations "EgliseInfo.be" sur votre paroisse…

Retrouvez tous les horaires des célébrations sur www.egliseinfo.be