En route vers l'Unité Pastorale


Le processus visant la création de l’UPN est une de démarche communautaire dans laquelle sont impliquées les paroisses d’une même unité pastorale ou d’un secteur pastoral. Cette démarche vise à ajuster l’action pastorale d’un milieu à la réalité du monde actuel et à la situation de l’Église d’ici.

 

Le défi est de comprendre qu’une communauté paroissiale est le lieu où on fait l’expérience de la communion avec Dieu et avec les autres. Appartenir à une paroisse, c’est incarner sa relation à Dieu dans une histoire, dans un lieu et avec les autres. La proximité offerte par la paroisse n’est pas que géographique mais proximité de reconnaissance mutuelle, de proximité par intégration dans une communauté.

 

 

Depuis début 2017, les responsables du chantier paroissial (Marie-Hélène LAVIANNE et Françoise HAMOIR) ont présenté le projet diocésain du Chantier paroissial et les diverses étapes de son implantation.

Elles ont, entre autres, détaillé les 3 piliers de la nouvelle organisation pastorale

 

Les équipes de proximité

 

Les équipes de proximité sont des relais au service du bien de la communauté du village. Elles sont proches de la vie des gens et sont à l’écoute de ce qui se vit : telle personne est malade, tel couple vient d’emménager, telle famille est en difficulté, telle maman cherche à inscrire son enfant au catéchisme, tel projet mériterait d’être soutenu ou lancé… Elles sont attentives aux situations locales.


L’Equipe pastorale

 

L’Equipe Pastorale porte le souci de l’ensemble de l'Unité Pastorale et coordonne les célébrations et les activités concernant toutes les paroisses.


Le conseil Pastoral

 

Le Conseil pastoral est l’organe de concertation de l’action pastorale du secteur. Il est constitué de l’ensemble des communautés paroissiales ainsi que de toutes les réalités et lieux où se vit la Bonne Nouvelle.

 

   

Plusieurs réunions regroupant des représentants (une douzaine) de chaque paroisse du Secteur Namur Nord se sont déroulées en vue de dégager les forces, les atouts et les priorités de la future entité paroissiale.

 

A l’issue des diverses rencontres des rapports ont été établis. Ils serviront de base pour la rédaction d’un projet pastoral de l’UP.

 

Une célébration d’entrée « Vers l’unité pastorale » a eu lieu le 5 mars 2017 en l’église de Moulin à Vent.

 

Aujourd’hui, l’étape suivante est de constituer « un Conseil Pastoral » dont vous trouverez des informations dans l’annexe 1.  

 Sortir de la logique du guichet par la logique du projet

 

La mise en route du processus va nécessiter de faire un bout de chemin avec l’ensemble des paroisses en amorçant un changement progressif de vision et en quittant la logique du guichet où chacun a encore à sa disposition l’offre habituelle des services ecclésiaux.

Il faudra prendre des initiatives et essayer de répondre à la situation de faiblesse de certaines paroisses.

 

Il sera nécessaire de se mobiliser pour des projets simples mais signifiants manifestant telle ou telle dimension de l’être chrétien : la communication, le développement de la convivialité, des formations de base, la préparation des sacrements…Les propositions pastorales devront s'ajuster à la diminution des ressources humaines et aux contingences matérielles. Le fonctionnement de l’Unité Pastorale de Namur Nord devra sans doute être allégé au niveau des lieux et des horaires des célébrations.

 Dieu n'agit que dans la réalité

Avoir un ou des projets est avant tout une démarche de foi et d’espérance, enracinée et fondée sur le Christ. La finalité du projet pastoral est le CHRIST.

Cela suppose :


- La fidélité à l’Evangile et à l’Eglise,
- Un esprit d’ouverture,

- Le respect de la liberté et des rythmes de vie,
- Le désir d’accueillir et d’intégrer en se laissant aussi enrichir et transformer.


Mais aussi de se poser quelques questions concrètes


• Quels problèmes voyons-nous au sein de nos paroisses ?
• Quels sont les changements que nous aimerions y apporter ?
• Quels sont nos besoins concrets, ceux de nos voisins et des habitants de nos cités ?
• Qu’est-ce qui les attire et les mobilise à travers les associations et les loisirs qui les rassemblent ?
• Quelle est leur culture ? • Qu’est-ce qui marche bien à l’heure actuelle dans nos paroisses ?
• Qu’aimerions-nous réaliser ensemble ?
• Que faudrait-il faire pour rendre telle activité ou tel service attractif ? Où est notre essentiel, notre motivation, ce à quoi nous tenons ?
• Quel est notre « rêve » aujourd’hui pour demain pour notre UPNN ?
• Dans telle mission précise, pour telle personne, dans tel lieu, à tel moment de l’année, quel est le problème et qu’aimerions-nous développer ?

     

 Du Secteur à l'UPNN

Depuis quelques années déjà, les paroisses du secteur Namur Nord ont collaboré à travers à la catéchèse, à la réflexion en équipes de liturgie et dans des célébrations communes.

Cela est à poursuivre dans d’autres domaines en déterminant des objectifs précis, en tenant compte de l'expérience, de la compétence acquise par des paroissiens en fonction de leur histoire, de leur environnement

 

Pour obtenir l’adhésion des paroissiens des 12 entités du secteur, il importe d’observer quelques préalables suivants

● Être attentif aux appels de l’Esprit. C’est un processus de discernement.

● Porter le projet dans la prière et le développer dans l’espérance.

● Assurer la participation du plus grand nombre de personnes.

● Présenter un projet pastoral d’évangélisation qui soit inventif, créatif, audacieux.

● Faire place à l’expression des peurs, des inquiétudes, des résistances.

● Donner la parole aux gens.

● Identifier la couleur de chacune des paroisses ou comment chacune est source de vie dans le milieu.

● Continuer à diffuser l’information.

● Saisir que la nouvelle paroisse facilite la disponibilité aux exigences de la mission d’aujourd’hui.

 Gouverner c'est prévoir !

Le rôle du conseil pastoral ne saurait se situer exclusivement dans la gestion habituelle de la communauté chrétienne, sous peine de recul. Il doit aussi être prospectif pour « coller à la réalité culturelle, sociale et ecclésiale mouvante », et ainsi actualiser la vie chrétienne. L’adage classique le dit bien : « Gouverner, c’est prévoir », c’est montrer le chemin à prendre.

 

Tout projet commence par l’établissement de la vision ou de la « prévision », c’est-à-dire la transformation que l’on aimerait voir.

 

Plus une vision sera claire, plus elle sera capable de guider le projet.

 

Il faut donc prendre le temps d’affiner et de préciser la vision, comme un zoom d’appareil photo ou des jumelles que l’on règle jusqu’à la netteté.

 

Il faut passer aussi du : « On a toujours fait ça, comme ça » à : « Nous allons changer ceci, et créer cela pour mieux vivre ce que nous avons à vivre aujourd’hui ».